• Lâcher-prise et confidences

    Coucou les amis, 

    Un article tout en confidences et à coeur ouvert aujourd’hui, pour vous parler non seulement de ce que je ressens depuis quelques jours, mais aussi de ce thème du « lâcher-prise » qui me parle et sur lequel je souhaitais écrire quelques mots. Mots encore fébriles et incertains car je n’en fais véritablement l’expérience que depuis quelques jours voire semaines, mais qui prennent tout leur sens ici.

    Si vous me suivez de près sur Instagram, vous n’êtes pas sans savoir que les dernières semaines ont été rudes pour moi au travail, avec un rythme assez soutenu et une fatigue physique et émotionnelle qui se faisait de plus en plus ressentir. Et comme le corps à ses limites, d’autant plus pendant cette période de la grossesse, j’ai dû mettre de côté mes principes et envies, pour faire l’expérience d’un total lâcher-prise.
    Il y a deux semaines, alors que j’étais prête à savourer mon premier vrai week-end depuis un mois et demi, j’ai compris que j’avais trop tiré sur la corde et que je m’étais mise à mal à cause d’un sur contrôle de mon corps : j’ai ressenti les premières contractions. Impossible de rester debout trop longtemps, de faire un moindre effort et à notre retour à la maison l’échographie en urgence à confirmé mes doutes, le col s’était un petit peu raccourci. Le verdict fut immédiat et sans négociations possible : arrêt total jusqu’à la fin de la grossesse, arrêt du sport, pas d’efforts et repos obligatoire. BIM ! Le choc.

    Pourquoi je vous parle de cet évènement autour d’un article sur le lâcher-prise ?
    Eh bien parce que pour moi, qui contrôle beaucoup de choses autour de moi, dont cette grossesse jusqu’ici, il a été très dur d’admettre que je ne pouvais plus être en totale maitrise et qu’il me fallait lâcher pour de bon. Lâcher les rennes, lâcher le sport, lâcher mon côté perfectionniste, lâcher mon envie de travailler jusqu’au bout de cette grossesse, lâcher l’hyper active qui est en moi, et j’en passe ….

    J’ai d’abord pleuré car je m’en suis voulu d’être allée si loin, d’avoir essayé d’être une super-maman, d’avoir risqué de perdre mon enfant, puis j’ai pleuré face à ma détresse devant cette situation qui me semblait pourtant impossible et loin de moi il y a quelques semaines. Et enfin j’ai compris que je devais définitivement lâcher prise, aujourd’hui pour mon bébé mais aussi pour moi-même dans ma vie de tous les jours.
    Alors je voulais vous en parler tout simplement et vous donner des clefs pour qu’à votre tour vous puissiez en faire la douce expérience. 

    Le lâcher-prise qu’est ce que cela veut dire ? 

    Lâcher-prise ce n’est pas se laisser aller et partir à la dérive comme cela pourrait laisser l’entendre.
    Non, lâcher-prise s’adresse à tout ceux et celles qui, dans la vie de tous les jours, s’empêchent de vivre à cause de croyances, de convictions, de pression inutile, de jugements et d’une volonté de contrôle permanente. Ces personnes, comme je l’ai été et j’espère ne plus l’être dès à présent, doivent à tout prix maitriser chacun des évènements qui se présentent à eux pour se sentir en sécurité et bien dans leur vie.
    C’est un moyen très draconien mais efficace qui se met en place inconsciemment pour se protéger face aux imprévus ou situations qui pourraient nous mettre en danger. « En danger » car si l’on ne contrôle plus, si on perd le fil, on fait apparaitre nos failles, nos limites et donc ce qui n’est pas réglé ou guéri en nous. Le danger d’être mis à nu. 
    La peur de ce que l’on ne maitrise pas tout simplement et l’envie de réussir, de ne pas échouer c’est le moteur de ceux qui ne lâchent pas prise. Conséquence de ce contrôle permanent ? Un sentiment profond de ne pas être libre ni soi-même. Il y a une notion importante de souffrance et d’enfermement dans ce contrôle. 

    Lâcher prise signifie donc « admettre que tout contrôler n’est pas une solution pour vivre bien et atteindre l’équilibre ».  Il y a une part de remise en question et de renouvellement de soi lorsque vous lâchez prise. Et bien souvent, c’est une remise en question qui survient à la suite d’une rupture avec votre comportement de sur-contrôle, un pétage de plomb si vous préférez. Cela peut prendre la forme d’un craquage psychologique, un Burnout, un signe physique de surmenage, un échec, un conflit très important, …. Mais le point positif est que, grâce à ces évènements, on se rend compte de la nuisance du contrôle et des effets négatifs qu’il engendrait en nous.
    Pour parler des côté positifs, lâcher prise c’est faire confiance à la vie, c’est donc abandonner tout ces jugements et admettre juste « ce qui est ». C’est à dire, ne pas sans cesse se confronter à une réalité qui nous paraît comme ceci ou comme cela (je me trouve grosse/pas du tout jolie) et simplement accueillir ce qui est (mon corps est tel qu’il est, tel que je le laisse être et c’est ainsi).
    Mais attention! Lâcher prise et admettre « ce qui est » ne signifie pas de s’imposer ensuite une méthode ou des règles précises pour modifier « ce qui est ». Non! Vous devez lâcher tout, même le lâcher-prise. Abandonner tout simplement ce qui pèse et qui nous enchaine et ce sans exigences ni prises de tête.
    De cette manière, et uniquement de cette manière j’insiste, vous pourrez mener une vie plus douce et surtout dont vous vous imprégnerez à 100%.

    En quoi le lâcher-prise est-il une démarche de maturité et d’apaisement ? 

    Dans le lâcher prise on apprend en douceur et en profondeur à accepter ses faiblesses et ses limites qui jusqu’ici ne nous parlaient que d’échecs. C’est donc travailler sur l’humilité et la bienveillance envers soi-même. Tendre vers l’acceptation des limites et des failles revient à ce que nous dit le lâcher prise : accueillir « ce qui est » comme il est.

    Je suis ainsi et c’est tout. Pas de jugements, pas de croyances juste de l’humilité et de l’acceptation. 

    Ne trouvez vous pas qu’il est plus agréable de côtoyer une personne qui parle d’elle comme d’une jolie pierre, brillante et taillée comme il le faut, avec certes des petites imperfections mais jugées très justement ? Voici quelqu’un de mature et de juste envers lui-même.
    Pour ne rien vous cacher de cette expérience de lâcher prise, je suis quelqu’un qui déteste par dessus tout ne rien faire, l’ennui, la non-productivité. Je suis (j’étais !) dans le contrôle permanent de ce que sont mes journées et ce que je vais programmer. Sauf qu’avec cet imprévu qu’est l’alitement, je n’ai d’autres choix que de me reposer et parfois (souvent …) ne rien faire. C’est dur, c’est très contraignant et j’ai dû faire face à mes angoisses en restant figée dans un lit ou canapé. Mon travail personnel se fait chaque jour, où j’essaie d’apprécier ces moments de répit, de calme, de réflexion personnelle et surtout où j’apprends à ne pas maitriser mes faits et gestes. Ne plus faire de sport, ne plus faire le ménage, ne pas pouvoir avoir un frigo rempli en temps et en heure, devoir renoncer à ranger le linge, … J’ai pleuré tous les soirs pendant une semaine devant ce lâcher prise total qui finalement me mettait en face de mes peurs et mes limites.
    Mais j’en tire petit à petit et à ma grande surprise des bienfaits incroyables. Comme l’apaisement, la tranquillité intérieure, le repos, l’envie de rêver et de murir des projets, …

    Qui aurait pu croire que moi, la pile électrique au gros tempérament puisse apprécier ce repos ? Pas moi en tous cas!

    J’ajoute à cela quelque chose de primordial dans le concept de lâche prise : en affrontant ses peurs et en faisant face à ses faiblesses, on devient plus transparent et plus vrai. On apprend à se connaitre véritablement avec le bon et le moins bon, nos capacités mais aussi nos limites. C’est la maturité même : être en vérité avec soi-même et donc agir intelligemment, en se respectant et non en s’imposant un contrôle et des règles qui ne nous correspondraient pas tu tout.

    Et vous savez quelle est notre plus grande peur face au lâcher prise ? Ne plus être aimé …. Car si vous lâcher prise, vous acceptez de devenir plus vrai et d’incarner votre vrai moi, et là vous n’êtes plus sûr d’être réellement aimé pour ce que vous êtes. Le lâcher prise fait tomber les masques.
    Un gros tri s’imposera, vous vous sentirez plus seul et moins convoité, mais croyez moi c’est un pas qui vous conduira vers l’apaisement et de bonheur véritable.
    Nous n’avons pas à faire pour être aimé, nous devons en revanche être simplement et laisser faire pour s’aimer et être apprécié à notre juste valeur.

    Enfin l’apaisement ! Bon, pour être très franche, il ne s’imposera pas à vous comme une évidence dès le départ. Il vous faudra d’abord accepter de lâcher les rennes, de ne plus être maître de tout ce qui vient à vous avant de pouvoir apprécier et accepter de vivre le moment présent. Il y a tout un « travail » ou plutôt phase de libération qui n’est pas facile à vivre pour tout le monde. Suivant les peurs et les caractères, on est plus ou moins sensible face au lâcher prise. Mais gardez en tête de faire cela dans une démarche de bien-être et d’apaisement avant tout.

    Le lâcher prise c’est une démarche de vie avant tout, c’est un mode de vie même! Il s’agit d’un petit travail personnel à faire chaque jour, d’un chemin à suivre pas à pas. 

    Le lâcher prise au quotidien 

    On a parlé très psychologie et théorie jusqu’ici, mais qu’en est -il du lâcher prise dans la vie de tous les jours ? C’est très simple, il s’agit de laisser venir à vous ce qui se présente au quotidien et agir en étant justes et respectueux de vous-même. Faites l’exercice dans votre tête, rectifier vos actes et vos pensées qui relèvent du contrôle. Au fur et à mesure, avec de la patience et une grande volonté d’incarner quelqu’un de meilleur et de plus apaisé, vous verrez que vous lâcherez plus naturellement et dans difficultés.


    Voici quelques pistes auxquelles j’ai pensé, qui reviennent le plus souvent dans nos vies :

    • Abandonner les changements radicaux qui vous dépassent et où vous pensez pouvoir tout maitriser (régimes, grandes résolutions, reprise du sport raide et intense, tout vouloir changer autour de nous…). Dans ces moments d’excitation et d’euphorie où vous mettez en avant une volonté parfois surréaliste, vous n’habitez malheureusement pas à 100% votre décision et vos choix. C’est souvent suite à une grosse pression ou à une déception que vous décidez de tout reprendre en main, de tout contrôler en pensant bien faire, avec des méthodes souvent approuvées et très réputées. Mais plutôt que d’agir ainsi, posez vous, acceptez ce qui est au moment présent (bazar dans la maison, quelques kilos en trop, peu/pas de sport, une vie un peu désordonnée, …) et essayez d’être plus apaisés face à cette situation. C’est seulement une fois que vous serez réconciliés avec elle que vous pourrez traiter l’information. Et de manière très raisonnable et adaptée a vos valeurs et ce dont voua avez besoin.
      Adieu les régimes draconiens et les programmes de sport tenus 3 semaines grand maximum, bonjour regard bienveillant et activités/cuisine respectueuses de votre mode de vie et d’être.
    • Un collègue, un ami, un proche vous insupporte et vous hérisse le poil à chaque fois qu’il ouvre sa bouche ou montre son nez. Alors soit vous décidez de mettre des distances et donc de ne pas travailler sur vous en même temps, soit vous affrontez ce lâcher prise et vous ne prenez plus à coeur, vous ne faites plus une affaire personnelle de ce que peut faire cette personne. Apprenez à porter sur cette personne une regard plus juste et plus doux, à comprendre peut-être pourquoi il agit/parle de la sorte, essayez de ne plus être atteint pas le moindre de ses faits et gestes. cela ne vous appartient pas et vous ne pourrez en aucun cas contrôler cette personne. Vous verrez qu’en lâchant prise, on se comporte de manière beaucoup plus détachée avec ceux qui nous entourent, et c’est une vraie libération intérieure.
    • Et toutes ces exigences que vous vous infligez chaque jour sans qu’elles n’aient de véritable importance vitale. Finir toute cette pile de papiers, avoir préparé tous les repas de la semaine, être passée voir mamie avant 18h, que la jardin soit niquel et la pelouse tondue avant ce soir, …. Au fond, qu’est ce qu’on s’en fiche non ?? J’avoue il y a quelques mois j’aurais dis « Non c’est important que tout soit dans l’ordre, calé, fait en temps et en heure ». Mais aujourd’hui je vous demande : qu’elle valeur ajouté cela vous apportera-t-il ? En quoi ces tâches faites ou reportée au lendemain vous rendront heureux(se) ? Quel mal il y a à choisir de se reposer 1heure et de lâcher car vous en ressentez le besoin, plutôt que de courir partout pour que tout soit fait, mais que personne ne le remarque ou que vous ne soyez pas plus détendue ? Je pense que dans la vie, la seule priorité est celle de s’écouter et d’agir en se respectant. Et donc en choisissant de renoncer à certaine choses pour mieux s’abandonner au moment présent et aux choses essentielles de la vie.
    • Contrôler tout. Etre le chef d’orchestre de tout ce qui peut se dérouler autour de vous. Etre un  vrai petit chef ! Je connais, j’étais comme ça étant petite et un peu plus tard même. Mais là aussi, détendez vous, et arrêtez de vous convaincre que vous êtes indispensable, irremplaçable, le plus apte à. Vous vous gâchez la vie mais celle des autres également car vous imposez votre rythme à tous alors qu’il n’est même pas bon pour vous même. Donc vivez avec moins de peur et d’angoisses, vivez à votre place sans empiétez sans cesse l’espace des autres. Pour cela lâchez prise bien sûr! 
    • Votre situation financière nourrit en vous une pression quotidienne et un stress qui vous rend la vie insupportable. C’est une situation complexe et qui soulève souvent des questions existentielles (se nourrir, payer un loyer, vivre tout simplement), une situation dure à gérer. Sauf que votre stress et vos actes, souvent menés par la pression, ne suffiront pas à régler un problème d’argent, soyons honnêtes. Choisissez plutôt donc lâcher une fois de plus et d’accueillir cela avec sérénité. Si vous êtes apaisé et que vous vous abandonnés à ce qui est, vous arriverez bien mieux à prioriser et donc « maitriser » la situation. Il n’est pas question de contrôle et de pression mais bien d’actes réfléchis et apaisés.
    • Enfin un dernier point, qui me parle et qui parlera peut-être à certains fragilisés de la vie : vouloir contrôler à tout prix le fil de notre vie et avancer en fermant les yeux sur nos blessures. Pour certains, la vie n’a pas fait de cadeaux et s’est montrée très rude et coriace. Il y a eu des séquelles, et des cicatrices qui vous ont rendus vulnérables et fragiles, c’est certains. Mais vous, vous avez dressé un masque, une carapace pour mieux cacher vos peurs et vos faiblesses au monde et à vous-même. Ce n’est pas la solution croyez moi, votre contrôle ne réglera rien et vous confortera à avancer dans la vie avec tout votre fardeau. Faites le point, seul ou accompagné, et lâchez prise, soufflez, laisser sortir tout ce qui ne doit pas rester en vous. Abandonnez, renoncez à vos peurs et accueillez le plus sereinement possible ce que vous êtes, avec votre passé et vos blessures.
      Vous pourrez alors véritablement commencer votre route vers le bonheur, en sachant qui vous êtes et ce qui est bon pour vous. C’est dur, c’est intense mais essentiel pour un vrai chemin de guérison intérieure.

    Je finis ici mon article déjà bien riche et condensé !
    J’espère de tout coeur qu’il permettra à certains d’entre vous de mieux comprendre l’importance du lâcher prise et tout ce qui en découle de positif et de bon pour nos vies. N’ayez pas peur d’être vous même, de vous exposer au monde.
    Et surtout abandonnez-vous à ce qui vient à vous. Apaisement et bien-être assurés !

    Je vous embrasse, prenez soin de vous et baissez les armes ! Point de contrôle pour une vie heureuse.
    Romane

    Partager:

    2 Commentaires

    1. JaneMary
      27 mai 2018 / 12 h 30 min

      Magnifique article avec tellement de vérités.
      Je m’y retrouve complètement, et surtout dans l’angoisse de tout contrôler, et la peur d’être non productive.
      Ça fait plaisir de lire ce type d’article. Merci et Bonne journée !

      • admin
        Auteur
        28 mai 2018 / 7 h 48 min

        Merci à toi pour ce joli retour !
        En effet être productif et tout contrôler nous font vraiment du mal finalement … C’est très dur apprendre à lâcher tout cela, mais au bout le bien être et la rencontre avec nous-même 😉
        Belle journée à toi !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *