• Mon corps en post partum

    Après le récit de mon vécu Post-partum, voici celui du vécu de mon corps après l’accouchement. Vous avez été super nombreuses, à ma grande surprise, à vouloir un article à part, plus détaillé afin que je vous parle exclusivement de ce corps que l’on découvre après avoir donné la vie.

    Dans cet article, j’évoquerai avec vous cet après-grossesse au niveau de mon corps, de la perception que j’en est, de comment accepter ce nouveau soi et ce qu’il incarne, des perturbations physiques que j’ai pu ressentir, de poids aussi …
    bref je vais être bavarde une fois de plus !

    Dès l’accouchement, un corps nouveau 

    Pas plus tard que 5 minutes après avoir mis au monde ma pitchounette, j’ai eu un premier aperçu de ce qu’était mon nouveau corps, découvert une première sensation post-partum plutôt surprenante. Alors qu’on nettoyait ma Chloé, j’ai remis ma blouse en place et c’est en la soulevant que j’ai eu le choc de voir qu’en je n’avais plus de ventre. J’étais à moitié shooté par l’émotion et les précédentes heures de souffrance, mais j’étais sure de moi : j’avais vu un ventre tout dégonflé !
    « Rien de stupéfiant, ça semble logique » me direz-vous, et pourtant je me souviens d’avoir équarquillé les yeux et interpelé mon mari en lui disant : « Regarde Dou mon ventre !!! Il est plat c’est trop bizarre ! ». Il a bien rit d’ailleurs.
    Après plusieurs mois où j’en m’étais habituée à voir ce ventre rond et tout tendu, j’ai presque sursauté à la première vu de mon ventre redevenu « plat ».

    Pourtant cela paraît plutôt censé que le ventre dégonfle une fois le bébé sorti, mais moi je n’avais tellement pas anticipé le coup que ce fut le choc. Pourtant, avec mon ventre de femme enceinte plus ou moins gros, je me doutais que je retrouverais un ventre « normal » assez rapidement, mais j’ai tout de même été surprise que ce soit si rapide. Les équipes rigolaient bien autour, de me voir ébahie de ce corps qui s’était déjà bien remis en place. Une bonne dose de rigolade après la souffrance !

    Puis, une fois la vision inattendue de mon ventre tout dégonflé passée, je me suis souvenue d’une blogueuse qui après sa grossesse nous avait montré la « texture » de son ventre. Tout chamallow, tout mou. Alors j’ai eu une boule au ventre avant d’oser le toucher. J’avais peur, je redoutais d’être dégoûtée et que cela me retourne le coeur. J’ai donc resoulevé ma blouse, et en regardant mon mari et non sans mal je me suis lancée.
    Avec une grimace et un peu d’appréhension j’ai constaté que oui, en effet, mon ventre était tout flasque, tout mou. Comme si je n’avais plus rien en dessous de dur pour amortir, comme un trampoline très lâche (oui c’est la seule comparaison pAlors pour moi qui ai toujours été assez sèche du ventre, et plutôt musclée ce fut assez particulier comme sensation.
    Mais à ma grande surprise aussi, pas désagréable car je n’ai jamais été complexée de cette zone du corps et il m’a donc été vraiment facile d’accepter ce petit ventre encore présent et tout mou. Il m’amusait même ! 

    N-B : bon je vous rassure, il m’amuse un peu moins aujourd’hui. J’ai l’impression d’être enceinte de 2/3 mois avec ce bidou du bas encore un peu « gonflé » et mou à la fois! 

    Revenons à ce jour de l’accouchement. Dans la soirée j’en n’ai pas cherché à savoir à quoi ressemblait ce nouveau corps, je ne me sentais pas de faire face au miroir, j’avais encore la tête qui tournait suite à cet accouchement express et douloureux, et surtout ma Chloé occupait toute mon attention. Je n’avais d’yeux que pour elle!
    « Mon corps attendra » me suis-je dis.

    Le premier lever fait avec une sage-femme dans ma chambre m’a néanmoins bien fait comprendre que je n’étais belle et bien plus enceinte. L’absence de mon gros ventre était une sensation très étrange, la gravité était différente et surtout je me sentais toute vide et très très légère! C’est vrai qu’on aurait tendance à vouloir encore basculer vers l’arriere afin de faire contre poids du ventre, et donc on se retrouve déséquilibrée, c’est fou!
    Je me souviens encore de cette impression de légèreté, de fébrilité aussi. C’est assez déroutant au début car on n’a pas forcément intégré, entre le travail et la naissance, que la grossesse est terminée. La transition peut-être un peu floue et c’est seulement lorsqu’on se relève qu’on réalise vraiment qu’on a accouché, qu’on n’est plus enceinte.

    N-B : Moi je l’ai bien vécu, car j’avais hâte de retrouver mon corps et d’être enfin « à l’aise ». J’avais bien profité de ce gros bidou et la transition ne m’a pas perturbée. Mais pour certaines Maman il faut savoir que cela peut être très violent à cause d’un accouchement trop rapide, trop tôt dans une grossesse ou même à cause de la nostalgie du ventre rond.

    La première vraie rencontre avec mon nouveau corps 

    Puis j’ai attendu le lendemain matin d’être vraiment reposée (première nuit au top!) et de pouvoir me lever sans vertiges, pour aller découvrir tranquillement mon nouveau corps.
    Et lorsque je l’ai fais, au moment de prendre ma douche, j’ai été très surprise de voir comme la nature fait si bien les choses. Certes je n’avais pris que 8,5 kilos mais c’est mine de rien un gros changement corporel, quoi qu’on en dise. Je m’attendais sincèrement à voir un corps fatigué, abîmé et marqué.
    Car que le corps ait pris 7,8,10 ou 20 kilos, il a été déformé, il a porté la vie et subi des petites modifications physiques. Il n’y a pas de juste poids pour ressentir un changement de corps. 

    Alors je me suis regardée dans le miroir de la salle de bain en me promettant, juste avant, de porter un regard bienveillant et respectueux  sur ce corps qui avait porté la vie, pris du poids et subit un accouchement naturel express.
    Et là j’ai vu le corps d’une toute jeune maman, un petit peu différent de celui de la jeune femme que j’étais avant, mais je n’ai pas eu de choc ou de surprise. Je n’étais ni dégoutée, ni triste, ni blasée. Je n’ai ressenti que de la gratitude et la surprise de le voir si « préservé » et si fort malgré une grossesse. Aujourd’hui, en y repensant, je crois que je m’attendais à me voir très différente, à trouver un corps qui ne soit pas le mien, à avoir perdu mes « marques ». Alors que non, c’est finalement comme si j’avais retrouvé un vieux pote, toujours le même avec un an de plus!

    Cela m’a fait tout drôle de revoir un corps sans ventre ballon, de voir un profil presque revenu à la normal, de toucher un corps tout nouveau, car un corps de maman à présent.
    J’avais à ce moment là tout plein d’émotions en moi. J’oscillais entre paix, reconnaissance et fierté. Un peu émue aussi. 
    Et puis ce ventre tout nouveau, différent d’avant, qui ne me plaisait pas moins malgré la consistance et cette ligne brune qui était restée gravée en dessous de mon nombril. Il était un ventre de maman, et j’en étais très émue, très fière.
    De profil, même cette petite bouée toute molle qui persistait lorsque je contractais mon ventre me plaisait. J’étais comme une enfant qui découvrait un objet nouveau, je le scrutais dans tous les sens.
    Ce fut la première rencontre avec ce tout nouveau moi, ma nouvelle enveloppe qui me rendait si fière.

    Pourquoi fière ?
    Parce qu’il est la preuve même de ces 9 mois où j’ai porté mon enfant, parce que je le trouvais beau malgré les imperfections, parce que quand je l’ai regardé pour la première fois je me suis souvenu de ce qu’il avait enduré quelques heures plus tôt aussi. Et ça c’est très fort émotionnellement.

    Puis je me suis douchée, habillée et là aussi j’ai eu un moment de surprise. Avec cette drôle de sensation de vide en renfilant des vêtements sans être gênée ou peinée par ce gros ventre. Vêtements que je portais quelques heures, quelques jours plus tôt, mais différemment. Cette sensation toute nouvelle m’etais très agréable et paisible au fond.

    Le corps c’est aussi un visage. On en parle pas souvent car on préfère parler de poids, de fesses, de taille de hanche, de cellulite, …. mais le visage c’est finalement ce qui parle le plus au niveau du corps non ? Une jeune maman a beau dévoiler un corps un peu meurtri, si elle rayonne et qu’un large sourir et des yeux rempli d’étincelles viennent adoucir un visage fatigué, alors c’est ce qu’il y a de plus beau. Et moi c’est ce qui m’a le plus marqué je crois ce jour là : malgré la fatigue et le shoot d’hormone, mon visage était paisible et celui d’une femme, d’une maman heureuse et comblée. Durant la première semaine il ne laissait transparaître que cela, pas l’épuisement (pas encore!).

    Anticiper le reflet du miroir 

    Avant même d’accoucher, je m’étais demandé à quoi ressemblerais ce nouveau corps, si j’allais être déstabilisée, choquée, déçue ou bien juste apaisée devant lui.
    Pour certaines, ces questions et ces peurs ne peuvent survenir que s’il y a une prise de poids importante, une alimentation un petit peu anarchique ou un manque de soins, d’attention envers son corps.
    De mon côté, ces interrogations venaient du faite que durant les 3 derniers mois de grossesse, j’avais beaucoup modifié mon rythme de vie. Plus de sport du tout et une alimentation plus laxiste, alors forcément pour moi mon corps avait dû en pâtir!
    D’ailleurs lorsque j’étais encore enceinte, je le remarquais dans le miroir : mon corps n’avait plus cette fermeté, cette tonicité et ses courbes de muscles. Il devenait de semaine en semaine mou et démusclé. Je n’étais plus du tout aussi athlétique qu’avant et j’étais un peu déroutée, j’avoue, de ne rien pouvoir faire.

    Je ne pouvais y échapper, et dès le jour où l’on m’a annoncé l’arrêt total obligatoire du sport jusqu’à la fin de ma grossesse je l’ai su : il me faudrait accepter de voir mon corps se modifier et perdre son aspect musclé.

    Alors une fois que j’ai accouché, j’ai voulu me rendre compte de ce qu’était mon nouveau corps à ce niveau là, voir si j’avais réellement fondu, si j’étais aussi molle que j’en avais l’impression.
    En effet oui, j’avais perdu pas mal de masse musculaire notamment au niveau des jambes. Mais en contre partie j’ai eu cette drôle de sensation d’être beaucoup plus fine qu’avant, ce qui n’est pas si étonnant vu la perte de muscles que j’ai subi. Pour tout vous avouer, durant 2/3 jours post-accouchement je me suis sentie comme fébrile et très « vide ». Comme si j’avais eu une grosse grippe ou gastro suite à laquelle j’aurais perdu beaucoup de poids. C’était un peu ce même ressenti.

    Moi qui était très tonique et musclée, notamment au niveau des jambes et des fesses, ce fut étrange de me retrouver avec des jambes « démusclées » et des fesses toutes plates et non musclées aussi. « C’est le jeu ma pauvre Lucette », me dirait mon mari !

    Mais je constatais sans être pour autant dépitée. Le faite de me savoir Maman était le plus beau des sentiment et prenait le dessus sur tout.
    Car j’avais troqué mes abdos et mes jambes musclées pour un corps de jeune Maman qui me rendais finalement si fière et si heureuse, le reste n’avait pas d’importance.

    Accepter son nouveau corps : un état d’esprit plus qu’une condition physique

    Et pourtant, cet état d’esprit n’était pas gagné pour moi.
    Moi qui ai toujours porté sur mon corps un regard très exigeant et voulu une certaine perfection, que rien ne déborde, aucune cellulite et des jambes fermes, je me suis totalement révélée en découvrent mon corps Post-Partum. Ce fut un apaisement total vis à vis de toutes ces choses que je m’imposais auparavant.
    Oui je referai du sport une fois ma rééducation de périnée faite, oui je compte me raffermir et reprendre un rythme dynamique, oui j’aimerais remuscler mon popotin, mais finalement j’aime aussi ce nouveau corps imparfait avec lequel j’ai fais connaissance ce 9 Août au matin. Car ces défauts, qui ne sont pour moi que des marques de courage et d’une maternité qui me comble, me plaisent finalement aussi.

    Je pense au fond de moi, que le faite de ne pas avoir eu d’autres choix que de le faire évoluer ainsi, avec l’arrêt du sport, m’aide aujourd’hui à l’accepter tel qu’il est. Car lorsque je me regarde dans le miroir aujourd’hui, je vois un corps certes un petit peu abimé et bien moins ferme qui laisse entrevoir un ventre dégonflé et flasque, mais je l’aime ce corps! J’ai réussi dès le début à l’accepter et à l’apprécier, chose qui avec mon vécu n’était pas prédit du tout.

    Je le sais aussi, beaucoup d’entre vous diront que ce n’est pas difficile avec un petit +8 kilos pendant la grossesse de réapprivoiser son corps et de l’apprécier. Qu’il est facile d’être à l’aise avec ce corps PP quand on a pas eu affaire à une prise de poids importante.
    Hé bien non, car nous avons tous une vision de notre corps et un vécu différents, qui nous feront réagir émotionnellement chacun à notre manière, notamment face au corps Post-Partum.
    Il n’est donc pas question ici de quantifier une prise de poids pour savoir comment on se sentira après l’accouchement, mais plutôt de comprendre comment on considérait notre corps avant, et ce qui pourrait changer maintenant, une fois notre bébé mis au monde. Le avant-après est très subjectif et dépend de notre vision des choses, pas des kilos pris pend’st La grossesse.

    Le vécu du corps en post-partum c’est une véritable école de vie. C’est apprendre la tolérance, la douceur, l’acceptation, la bienveillance et aussi l’abnégation envers notre corps. 

    Personnellement je me rends compte à présent que j’ai accouché et découvert ce nouveau corps, que j’étais très dure avec lui. Et pourtant j’avais déjà évoluée sur ce point là avant de tomber enceinte, mais visiblement il restait quelques rennes à lâcher!
    Car finalement j’étais encore trop stricte et perfectionniste avec moi-même, et c’est la grossesse et mon Post-Partum qui m’ont fait comprendre que je pouvais être encore plus tolérante et détendue envers mon corps.
    Le faite d’avoir du le laisser faire, le laisser évoluer sans que je n’intervienne beaucoup (je pense au sport notamment) m’a fait comprendre que je pouvais lui faire confiance, qu’il ne se « dégraderait » pas autant que je le pensais.
    Je compte donc relâcher mes exigences même lorsque je reprendrai le sport, et faire tout de manière plus cool et détendue, sans trop d’attentes derrière. Juste de l’épanouissement et du bien-être !

    Oui, le corps il faut lui faire confiance et le laisser faire parfois. Car il fait bien les choses !

    N-B : en plus de cela, et contre toutes attentes, ce nouveau corps PP beaucoup moins défini et sculpté qu’avant plait davantage à mon mari …! Et je crois bien que c’est ce regard si doux et aimant qu’il porte sur moi qui m’aide à être à mon tour bienveillante envers mon corps. Parfois lâcher les rênes laisse de belles surprises ! 

    Se sentir à nouveau belle et séduisante, désirée

    Lors de mon Post-Partum, dans les 10 premiers jours même, j’ai entendu quelque chose qui m’a beaucoup choquée et peinée. Quelqu’un m’a dit :
    « Maintenant tu n’es plus une femme, tu es juste une mère, tu n’es plus désirable ». Bon, on épiloguera pas sur cette remarque désobligeante qui était certainement juste très (très) maladroite.

    Mais je trouvais cela intéressant et très important de souligner que nous sommes devenues maman certes, mais que notre corps est bien celui d’une femme. Et que malgré tout ce qu’il a vécu et enduré, en terme de modifications, de changements mais aussi de souffrances, il reste un corps qui doit être séduisant, qui EST beau et qui doit vous plaire avant tout. A vous et à votre conjoint, car vous êtes peut-être aussi épouse,  compagne, petite-amie, et votre corps appelle donc à la séduction, à l’amour d’un couple. Ce n’est pas juste une machine à faire dé bébés, qu’on soit d’accord. Considérez le juste tel qu’il est, c’est à dire : courageux, surprenant et beau très certainement. 

    Pendant ma grossesse, j’avais pas mal travaillé sur ce point, en me répétant que même si je devenais maman et que j’allais donner la vie, m’occuper de mon enfant, mon corps resterait celui d’une jeune femme et d’une épouse et qu’il ne fallait pas que je me laisse aller et que je sois dépitée de ces changements éventuels de mon corps.
    Il était donc super important pour moi de continuer à prendre soin de moi et de me trouver belle, d’être belle pour mon mari. Je ne voulais absolument pas me laisser aller, m’ouboier et ressembler à une maman dépassée par les événements et à la dérive.

    Si je ne contrôlais pas ce à quoi il ressemblait, je pouvais en revanche faire en sorte de le rendre beau et agréable. Alors j’ai, dès le premier jour après la naissance, fais attention à être chaque jour habillée correctement, à me mettre en valeur, me maquiller légèrement quand il y avait du monde, à me mettre ma crème de jour chaque matin, des boucles d’oreilles, … bref je ne l’ai pas laissé tomber !

    C’est cela en faite : ne pas le laisser tomber !
    Vous lui avez fait faire le boulot durant plusieurs mois et fait accoucher de votre enfant alors il n’est pas question de le laisser de côté une fois votre Babychou né.
    Au contraire : soyez reconnaissantes et félicitez-le, rendez-lui tout ce qu’il vous a donné de vivre.

    J’ai donc décidé d’être patiente en attendant qu’ils rétablisse complètement, qu’il retrouve son tonus et sa pêche, et de le cocooner. Chose qui jusqu’ici ne m’était pas si familière. Me maquiller, prendre soin de moi, ce n’est pas vraiment inné chez moi! Mais ce Post-Partum m’apprend justement à faire attention à moi.
    « Tu n’es plus désirable ». Oui, ces mots avait raisonnés en moi comme un coup de massue mais m’avais aussi donné envie de prouver le contraire.

    Et en bas ça se passe comment ?

    Vous vous doutez bien que si on parle de corps, de changements corporels et de Post-Partum, on ne peut pas passer à côté de ce qu’il s’est passé entre nos jambes. Hé oui il faut dire les choses telles qu’elles sont !
    Je pense que 99% des femmes avant d’accoucher, se demandent si mettre au monde leur bébé va tout déchirer, si ça va beaucoup saigner, si ce sera douloureux, complexant ou carrément si cela va les répugner. Est ce qu’on pourra retrouver une vie normale, est ce que cela va bien se remettre, à quoi ça va ressembler… toussa toussa !

    Alors en ce qui me concerne j’ai eu beaucoup de chances car je n’ai pas eu d’épisiotomie à proprement dit. Juste une petite déchirure au niveau d’une lèvre, donc même pas là où Chloe est passée exactement. Ne me demandez pas comment je me suis débrouillée pour déchirer à ce niveau je n’ai jamais compris !
    Mais mine de rien cela reste 3 petits points de suture à un endroit où cela n’est pas le plus agréable non plus.

    Sur le moment et dans la soirée, je n’ai pas plus ressenti que cela de douleurs ou de gênes. Certes cela piquotte mais tant que l’on ne s’est pas levée et que l’on est pas allée au toilettes, RAS !
    Et puis arrive ce fameux moment du lever, du premier pipi et de la douche !
    Pour résumer le tout, rien d’insupportable, vous venez de vivre un accouchement, de mettre au monde votre babychou, vous êtes certes fatiguée mais submergée d’amour et vaccinée en terme de douleur. Alors ça passe ! Vraiment.
    Se lever, ça pique, ça tire aussi et c’est pas très confortable au moment de s’asseoir. Mais on s’y fait croyez moi et ces douleurs et sensations de tiraillement disparaissent dans la semaine qui suit. Marcher en canard, tu connais ?

    Le plus impressionnant et le plus inconfortable aussi je pense, reste la première douche accompagné du premier pipi. Parce qu’on doit « rencontrer » cette nouvelle partie du corps, toucher, laver, essuyer et qu’on a pas vraiment envie d’aller constater les dégâts. J’avoue j’ai tourné de l’oeil et eu la boule au ventre pendant ma première douche . Mais au bout de 3 pipi et de 2 douches on s’habitue et on arrive rapidement à reprendre la main sur notre corps. Il s’ait ici aussi de faire preuve de gratitude envers notre corps, de douceur et de respect. Il a souffert, il a un peu trimé, alors « réconfortez-le », ne le rejetez pas surtout !
    Cela fait partie de sa rémission : être à nouveau accepté et choyer.

    Enfin je parlerai de quelque chose qui m’a le plus mise mal à l’aise, dérangée vis à vis de mon mari aussi : les écoulements.
    C’est pas beau, c’est inconfortable, la couche gêne, ça pue grave et l’odeur est vraiment nauséabonde mais pareille : c’est une question de 2/3 semaines. Il est donc important sur cette partie là de prendre soin de soin pour accepter la situation. Votre corps se remet en place, fait disparaitre tout ce qui était présent pour la grossesse, se répare, … il lui faut un peu de temps. Et de douceur !!

    En bref, question « entre jambes », il est juste essentiel d’accepter la situation, de renouer avec cette partie du corps et tout cela avec les inconforts tous nouveaux et un peu déroutants du début.

    Parlons poids enfin

    Pour finir je voulais aborder le sujet du poids, primordial dans cet article sur le corps Post-Partum.
    Cela fait bien évidemment parti des questions que l’on se pose avant d’accoucher : vais-je tout perdre rapidement ? Combien me restera-t-il à perdre après la maternité ? Ces kilos seront-ils très dérangeants, persistants? …

    De mon côté, je ne me suis pesée qu’au retour de la maternité, mon poids ne faisait pas du tout parti des choses qui me tracassait ou m’inquiétait et je préférais me focaliser sur mon ressenti, sur mon bien-être que sur le poids en lui-même.
    Et puis je savais que je n’aurais certainement pas énormément de kilos à perdre étant donné que je n’avais pas pris beaucoup de poids durant ma grossesse.
    Certes donc, moins préoccupant aussi. 

    Je me suis donc pesée le dimanche il me semble, et il me restait alors un petit kilos sur la balance. Mais pour moi ceci était très peu significatif, car finalement j’avais aussi perdu beaucoup de muscles et pris un peu de gras, donc rien de très précis!

    Pour moi l’important dans ce vécu Post-partum n’était pas ce qu’indiquait la balance, car je souhaitais avant tout être bien dans mes baskets et ne pas être trop complexée devant les petites imperfections qu’avait laissées la grossesse.
    J’ai également la chance de ne pas avoir eu de traces au niveau de ma peau, pas de vergetures à l’horizon, alors il m’a été facile de retrouver mon corps sans trop complexer. Seul le manque de tonus et de fermeté ont été un peu déroutant et encore… j’ai facilement su accepter et regarder dan sel miroir avec des yeux reconnaissants et paisibles. Car c’est la clef : un regard bienveillant !  

    L’essentiel aujourd’hui est de me réapproprier ce corps un peu différent d’il y a 10 mois maintenant, et ne pas me réduire aux chiffres de la balance. Surtout pas !
    Accepter, apprécier et ensuite seulement peut-être améliorer ce nouveau corps. 

    Et pour cela j’ai tenu à reprendre rapidement une alimentation un peu plus saine, plus complète et rassasiante afin de donner à mon corps tout le nécessaire pour se refaire et surtout pour pouvoir tenir le rythme de l’allaitement. Allaitement qui mine de rien, puise pas mal d’énergie et pour le corps c’est assez physique et fatiguant. Alors pas question de faire attention à ma ligne et de me focaliser sur mon poids aujourd’hui, je m’en voudrais trop de ne pas tenir le rythme pour ma Chloé, car c’est elle ma priorité.

    Aussi, le poids en post-partum ne doit pas être le seul indicateur de ce qu’est devenu votre corps. Il faut aussi et surtout que vous portiez attention à vos ressentis, votre confiance en vous, la vision que vous en avez. Etre à l’écoute et respectueux de ce nouveau corps pour mieux l’adopter !
    Les kilos, si vous reprenez une alimentation un minimum équilibrée et ordonnée, s’envoleront naturellement.
    Mais attention, ne vous torturez pas avec le poids, pas dans cette période Post-Partum où vous devez impérativement tenir le coup, être en forme et détendue. Pour vous comme pour le bien-être de votre petit bout, qui ressent toutes vos émotions, de vraies éponges émotionnelles nos bébé ne l’oubliez pas!

    Les régimes, la frustration, les complexes attendront que la fatigue des premières semaines passent, qu’un nouveau rythme soit mis en place et surtout que vous soyez remise de l’accouchement et tout ce qui va avec. Ne paniquez pas, le corps est incroyablement bien fait et dispose d’une mémoire assez extraordinaire. Faites lui confiance !!!

    Voilà les filles je crois avoir fait le tour de ce que j’ai pu vivre, ressentir et expérimenter sur ce corps en Post-Partum.
    Une toute nouvelle aventure pour lui et moi, et je compte bien continuer sur cette lancée pour être vraiment son alliée et non partir en guerre contre lui. Oui oui je parle bien de mon corps et non d’un pote 😉 Mais finalement, c’est tout comme !

    Ce que je souhaitais vous faire parvenir avant tout, c’est ces sentiments de paix et de bienveillance qui m’ont envahie après mon accouchement et permis de ne pas être une jeune maman complexée ou nostalgique de mon ancien corps.

    Si j’ai un seul conseil : ne vous comparez surtout pas. Ce Post-partum est le vôtre, ce corps est le vôtre, le vécu devra donc être vécu en fonction d’eux et non en fonction de ce qu’aura vécu la voisine. Faites vous juste confiance !

    Je vous souhaite une belle journée et tenais à vous dire merci. Merci à chacune de vous de me lire et de m’encourager à dévoiler le fond de mon ♡

    Je vous embrasse
    Romane ღ

    Partager:

    4 Commentaires

    1. Charlotte
      16 septembre 2018 / 19 h 24 min

      Whaou j’espere avoir le meme regard bienveillant sur mon corps apres l’accouchement. Si la grossesse m’a permis une chose c’est découvrir que mon corps d’avant était pas si mal. Moi qui me plaignais tous le temps, actuellement je regrette ce corps et j’ai peur des changements du a la grossesse.

    2. Léa
      17 septembre 2018 / 16 h 37 min

      Merci pour ce joli article. Ce sont des mots francs qu’on ne retrouve malheureusement pas souvent ! Perso j’ai ressenti cette nostalgie du ventre rond et de bébé à l’intérieur (assez longtemps d’ailleurs…). Je suis totalement d’accord avec toi sur le fait que ce n’est pas seulement un corps de maman mais bien aussi de femme, de conjointe etc. Il faut se sentir bien dedans pour soi avant tout mais aussi pour les personnes qui partagent nos vies 🙂
      En tout cas tu es rayonnante et tu as quand même beaucoup de chance de ne pas avoir de réelles modifications de la texture de ta peau 🙂

      Belle journée 🙂

    3. Sarah
      20 septembre 2018 / 10 h 07 min

      Merci pour ce bel article Romane <3 ! Je l'ai terminé en ayant presque les larmes aux yeux. Ça fait du bien de voir que ce qu'on a pu ressentir, on est loin d'avoir été la seule… Ma grossesse n'est malheureusement pas allée à son terme mais malgré tout, le corps a été chamboulé aussi et une partie de moi veut presque désespérément revenir au point de départ, au corps d'avant. Mais on sait très bien que ce n'est pas possible et te lire m'a fait vraiment beaucoup de bien. Un immense merci <3

      • admin
        Auteur
        29 octobre 2018 / 11 h 41 min

        Chaque maman est différente mais je pense que l’on a toutes plus ou moins ce choc du corps d’après, pas toujours évident à gérer, à accepter. Mais il faut du temps pour tout, et encore plus pour ce corps, pour se remettre d’avoir mis au monde une merveille 😉 Ne t’en fais pas, la nature est bien faite et même si ton corps ne sera plus comme avant, tu arriveras à renouer avec. Le temps fait bien les choses 😉

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *